1

EcoNews: Visite apostolique du Pape François, Kinshasa fin prête

Les journaux parus ce lundi 30 janvier à Kinshasa reviennent sur les derniers réglages pour l’accueil du Pape Francois dans la capitale congolaise et la visite d’inspection par le Chef de l’Etat des sites prévus pour les activités papales. EcoNews ouvre le bal et titre: « Visite apostolique du Pape François : Kinshasa fin prête ».

Kinshasa vit déjà dans la fièvre de l’accueil du Pape François ce mardi 31 janvier. Une effervescence sans précédent qui implique non seulement les fidèles catholiques, mais toute la population en général, rapporte EcoNews. Des artères qu’empruntera le cortège papal aux sites destinés à le recevoir, en passant par des panneaux publicitaires géants portant des messages de bienvenue aux lampadaires pavoisés aux couleurs du Vatican, tout est fin prêt, selon les organisateurs.

D’après ce bi-hebdomadaire, lors de sa bénédiction urbi et orbi (sur la ville et au monde) ce dimanche, le Pape a reconfirmé son déplacement de Kinshasa. Annonçant son voyage apostolique en RDC et au Soudan du Sud, François a remercié les autorités civiles et les évêques locaux pour leur invitation. Il a salué les populations qui l’attendent, avec une pensée particulière pour celles de l’Est du pays, victimes des affrontements armés et de l’exploitation illicite des ressources naturelles.

Pendant ce temps, à  l’aérodrome de Ndolo où le pape présidera l’eucharistie dans la matinée du 1er février, des visites d’officiels et des évêques se succèdent. La dernière est celle du Président de la République, samedi 28 janvier. Tous sont unanimes et louent la qualité des travaux et de l’aménagement du site. Kinshasa est fin prête à communier avec le Pape François, ajoute ce journal.

A chaque étape, le Chef de l’État a observé l’évolution des travaux d’aménagement de ces sites, note La Tempête des Tropiques. Dans cette tournée, précise-t-il, le Président congolais était accompagné du Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, de son directeur de cabinet, Guylain Nyembo, du Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, et de plusieurs autorités du pays et de la ville.

Selon ce quotidien, le numéro un Rdcongolais, à l’origine de l’invitation faite au Saint Père de venir en RDC, s’est rassuré sur la bonne marche des travaux et des bonnes conditions d’accueil du Souverain pontife à Kinshasa. La deuxième étape de la visite du locataire du Palais de la Nation a été le Stade des Martyrs, cadre choisi pour abriter la rencontre prévue le 2 février entre le Pape François et les jeunes. Dans ce temple du sport, tout est fin prêt et aucun détail n’a échappé à l’appréciation du Chef de l’Etat.

Au Palais de la Nation, un dispositif est aussi mis en place pour la rencontre de l’évêque de Rome avec le Chef de l’État, ainsi que les acteurs politiques. Un dispositif particulier a été monté dans le jardin présidentiel où le Souverain Pontife va rencontrer, au soir de son arrivée, les diplomates, les chefs des institutions politiques, les acteurs de la société civile et les opposants. C’est au Palais de la Nation que le Souverain Pontife prononcera ses premiers mots à l’endroit des congolais, fait savoir La Tempête des Tropiques.

Par ailleurs, Le Journal informe que l’avant-midi de mercredi 1er février 2023 sera chômé dans la ville de Kinshasa, pour permettre aux fidèles d’aller aux services religieux, notamment la messe papale prévue à l’aéroport de Ndolo. Rapportant une dépêche de la Primature, ce tabloïd note qu’Il n’y aura pas de classe pour les enfants. Les heures ouvrables seront dans l’après-midi. Cette décision émane d’une réunion que le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde a presidé dans la soirée de ce samedi 29 janvier 2023 à la Primature.

Faisant la restitution de cette réunion devant la presse, le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, a souligné ce jour-là, il n’y aura pas classe, ajoute La Prospérité.

«  Il faut que cela soit bien clair. Comme cela, les parents savent que mercredi, il n’est pas question de se stresser pour se lever tôt en vue d’amener les enfants à l’école. C’est une des précisions et des décisions qui est ressortie de cette réunion. On a eu l’occasion d’avoir un briefing aussi sur la santé, comment elle sera prise en charge, le personnel médical mobilisé, et les autres dispositions », a declaré le ministre Muyaya.

Et pour Le Potentiel, l’événement (Ndlr la visite du Pape)  est autant historique. Et ce, sans considérer sa portée pastorale et sociale. Car, 38 ans après, la République démocratique du Congo va, une fois de plus, accueillir sur son territoire le successeur de Saint Pierre, l’envoyé de Dieu. Dans un pays aux prises à de nombreux défis, notamment celui sécuritaire dans sa partie orientale, la visite du Pape François représente en même temps le réconfort et la consolation de tout un peuple qui entend raviver son espérance pour la restauration de la paix et de la sécurité. C’est dire que la RDC de Félix Tshisekedi ferait de la visite du Souverain Pontife, un événement inoubliable, commente ce quotidien.

Mais avant même que l’avion transportant le chef de l’église catholique de Rome ne se pose à l’aéroport international de N’Djili, une polémique semble prendre dans les milieux politiques congolais, affirme pour sa part, Congo Nouveau.  Celle-ci (polémique) a été soulevée André Mbata, le premier vice-président de l’Assemblée nationale. Membre influent de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), ce professeur de Droit a affirmé que les chrétiens catholiques vont massivement voter pour Félix-Antoine Tshisekedi lors de la présidentielle de décembre 2023 avec la visite du Pape en République Démocratique du Congo, rapporte le tabloïd.

André Mbata a fait cette déclaration lors d’un Space Twitter animé le 27 janvier 2023, précise La République qui souligne que le cardinal Fridolin Ambongo y a rétorqué en affirmant que « le Pape ne vient pas pour une cause politique ».

« Sa déclaration reflète toute son espérance. Il espère que cette visite du Pape puisse apporter un bénéfice dans leur campagne électorale. C’est de bonne guerre politique, moi je ne lui fais pas de reproche pour ça. Mais le Pape ne vient pas pour ça. Le Pape ne vient pas
pour une cause politique », a dit le cardinal Ambongo.

Il a, par ailleurs, espérer que le Pape puisse, dans son discours, va essayer de mettre les responsables de la situation socio-économique et sécuritaire précaire que connait, selon lui, la RDC devant leurs consciences. (Radio Okapi)